La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Lausanne: Les autorités remettent en question l’occupation négociée de l’Unil

L’Exécutif vaudois et l’UNIL souhaitent que les pro-palestiniens lèvent le camp. Ils avaient pourtant obtenu de pouvoir rester de jour il y a une semaine.

Cela fait bientôt deux semaines que des étudiants occupent une partie du bâtiment Geopolis de l’Université de Lausanne. © Keystone
Cela fait bientôt deux semaines que des étudiants occupent une partie du bâtiment Geopolis de l’Université de Lausanne. © Keystone

Achille Karangwa

Publié le 14.05.2024

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Le Conseil d’Etat vaudois et le rectorat de l’Université de Lausanne (UNIL) ont convenu lundi de mettre fin à l’occupation du hall de Géopolis par des étudiants revendiquant depuis bientôt deux semaines un boycott académique des institutions israéliennes.

C’est l’annonce qui a été faite mardi par le ministre Frédéric Borloz au Grand Conseil. Aucun ultimatum précis n’a été donné aux militants, qui occupent les lieux durant les heures d’ouverture du bâtiment.

Changement de position

Pour quelles raisons ce revirement a-t-il été annoncé alors que les protestataires ont cessé leur camping nocturne mercredi soir dernier en échange d’une garantie de présence diurne et de la continuation des négociations avec l’UNIL sur ses actions concernant la guerre en cours? C’est en répondant à une résolution de la libérale-radicale Florence Bettschart-Narbel intitulée «Pour que l’UNIL reste un lieu de formation et de recherche», que le chef du Département de l’enseignement et de la formatio

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11