La Liberté

Lausanne sans aucun fil rouge

Publié le 20.01.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Hockey sur glace » Face à Genève, Lausanne a obtenu un point chanceux (défaite 4-3 ap). Dominés et très empruntés pour poser leur jeu, les Vaudois ont donné le sentiment d’y aller au feeling, sans plan d’attaque. «Honnêtement, je ne sais pas comment on a pu prendre un point, on n’était pas terribles et Genève a bien joué.» Ces mots de Joël Genazzi ont le mérite d’être forts, mais ils résument bien ce qui a transpiré de la performance des Lions mardi soir aux Vernets.

«De mon point de vue de défenseur, je n’ai jamais vraiment eu le sentiment qu’on pouvait gagner ce match, mais tout d’un coup c’était 2-2 puis 3-3, raconte le No 79 lausannois. Alors c’était plutôt positif. Notre jeu en 2022 est assez simple. Mais je pense que ce qui n’a pas fonctionné, c’est la connexion entre les attaquants et les défenseurs. On n’a pas bénéficié du support dont on avait besoin. Si tu n’as pas le travail avant de récupérer le puck, c’est difficile parce que tu n’as pas d’options pour faire une passe. Ou alors une seule, et Genève va pouvoir lire ça.»

Le Lausannois ajoute encore une composante essentielle à son analyse: «En jouant de la sorte, tu te fatigues davantage en zone de défense. Et lorsque tu récupères le puck, tu vas chercher avant tout à le sortir pour pouvoir changer et non pas pour tenter de créer quelque chose dans la zone adverse.»

Quand on lui rappelle que Lausanne possède plusieurs hommes capables de monter le puck depuis les bases arrière, Joël Genazzi coupe rapidement: «Vous pouvez avoir Tömmernes et Josi. Sans support, impossible d’aller seul contre cinq gars. On doit avoir un meilleur contrôle de l’espace, histoire de réagir si l’adversaire dumpe le puck en fond de zone par exemple.»

Toujours très critique envers sa propre performance, le partenaire d’Andrea Glauser sur la glace n’a pas apprécié son effort du soir: «Franchement, je ne me sens pas bien après ce match. En zone d’attaque j’étais bien, j’ai fait des jeux, j’ai tiré et délivré des passes. Mais en défense, heureusement que Glauser m’a aidé, parce que c’était pas ça.» ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00