La Liberté

Le soir où toute la France a pleuré

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Maxime Bossis (tout à gauche, en bleu): «Rien ne peut remplacer ce que nous avons vécu à Séville.» © AFP
Maxime Bossis (tout à gauche, en bleu): «Rien ne peut remplacer ce que nous avons vécu à Séville.» © AFP
Partager cet article sur:
14.06.2021

France - Allemagne: Alain Giresse et Maxime Bossis n’oublieront jamais la demi-finale perdue de 1982

Pascal Dupasquier

Football » Ce mardi soir à Munich, la France de Didier Deschamps affronte l’Allemagne de Joachim Löw. Si elle ne constitue «que» l’entrée en lice des deux nations dans cet Euro, l’affiche représente bien davantage qu’un simple match de football. Elle est un classique, dont la genèse remonte à la Coupe du monde en Espagne. C’était le 8 juillet 1982, un jeudi, date d’une demi-finale perdue par la France.

La sortie assassine du gardien Toni Schumacher sur Patrick Battiston… Le 3-1 de la France durant les prolongations… L’incroyable retour de l’Allemagne et sa victoire au terme d’une séance de tirs au but hallucinante… Trente-neuf ans plus tard, la «nuit de Séville» fait encore frissonner ceux qui l’ont vécue. A commencer par Alain Giresse et Maxime Bossis. Héros magnifiques et tragiques de ce

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00