La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Sujets sensibles à l’école: «on ne peut pas les ignorer»

Dans un livre, Stéphanie de Diesbach-Dolder évoque la difficulté à parler de sujets sociétaux en classe

Stéphanie de Diesbach-Dolder est docteure en psychologie et professeure à la Haute Ecole pédagogique de Fribourg. © Charly Rappo
Stéphanie de Diesbach-Dolder est docteure en psychologie et professeure à la Haute Ecole pédagogique de Fribourg. © Charly Rappo

Maud Tornare

Publié le 06.07.2022

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Partager cet article sur:

Education » La guerre, le racisme, la migration: largement médiatisés, les sujets vifs de société se retrouvent aussi à l’école. Docteure en psychologie et professeure à la Haute Ecole pédagogique de Fribourg, Stéphanie de Diesbach-Dolder a consacré sa thèse à la relation entre émotion et apprentissage scolaire. Dans un ouvrage paru récemment, elle évoque les difficultés à aborder ces thèmes sensibles en classe.

Quel est le point de départ de votre recherche?

Stéphanie de Diesbach-Dolder: L’idée était de comprendre ce que font réellement les enseignants lorsqu’ils abordent en classe des questions sensibles telles que le racisme. Dans le cadre de ma recherche, j’ai proposé à des enseignants volontaires de réaliser des leç

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11