La Liberté

«C’est une manière d’apporter ma contribution»

David est content de pouvoir aider dans la lutte contre la pandémie de Coronavirus. Amédée Hirt
David est content de pouvoir aider dans la lutte contre la pandémie de Coronavirus. Amédée Hirt
Partager cet article sur:
27.07.2021

Parle-moi de ton taf!

David Song, 28 ans et étudiant en dernière année de médecine, est engagé aux centres de vaccination de Forum Fribourg et d’Espace Gruyère. Le vaccinateur raconte à la Page Jeunes son quotidien «piquant».

«En janvier dernier, j’ai vu une annonce dans La Liberté, pour travailler pour la campagne de vaccination de l’État de Fribourg. Disposant de temps avant mes derniers examens, j’ai trouvé que c’était une opportunité assez intéressante, étant donné que cela touche le milieu médical, donc mon avenir. J’avais déjà bien aidé à lutter contre le Covid l’année passée, dans le cadre de mes stages de médecine. S’engager pour ce job, c’est aussi une manière d’apporter ma contribution à la fin de cette pandémie.

Depuis février, je travaille dans les deux grands centres de vaccination du canton de Fribourg. Les journées commencent à 8 h 30 avec un briefing sur le nombre de patients attendus dans la journée et des nouveautés sur les vaccins ou les recommandations. Ensuite, chacun se voit attribuer un box de vaccination pour la journée entière. En tant que vaccinateurs, nous prenons en charge les patients après la phase administrative. Vers 17 h 30, nous terminons notre journée.

En un jour, je vaccine facilement plus de 100 personnes. Jusqu’à présent, j’ai donc administré entre 5000 et 7000 doses. Même si ça paraît beaucoup, on n’est jamais pressés. Nous pouvons prendre le temps de discuter avec les patients. C’est ce que j’aime bien dans ce travail. Même s’il y a des moments où on attend, on ne s’ennuie pas car on voit du monde. On rencontre des connaissances, mais aussi de parfaits inconnus avec qui on peut avoir de belles conversations, notamment des personnes âgées avec un riche vécu.

Vacciner certaines personnes un peu effrayées est moins évident. Mais c’est notre rôle de les rassurer, de leur expliquer calmement comment la piqûre va se passer. Nous sommes là pour nous occuper de ces personnes. La vaccination est bien organisée et les patients sont, dans la grande majorité, très contents.» Amédée Hirt

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00