La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Histoire: nom féminin

Ni muses ni soumises, les femmes commencent enfin à retrouver place dans une histoire des arts longtemps écrite par et pour les hommes

Et si l’histoire de l’art, longtemps restée un bastion masculin, enfantait aujourd’hui un autre récit possible? Ici The Maternal Man (2008) de Louise Bourgeois, figure majeure mais tardivement reconnue de l’art du XXe siècle, honorée dans l’exposition Elles, de A à Z au Musée des beaux-arts du Locle. Photo Christopher Burke © The Easton Foundation, 2021, ProLitteris, Zurich
Et si l’histoire de l’art, longtemps restée un bastion masculin, enfantait aujourd’hui un autre récit possible? Ici The Maternal Man (2008) de Louise Bourgeois, figure majeure mais tardivement reconnue de l’art du XXe siècle, honorée dans l’exposition Elles, de A à Z au Musée des beaux-arts du Locle. Photo Christopher Burke © The Easton Foundation, 2021, ProLitteris, Zurich

Thierry Raboud

Publié le 07.01.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Genre » Si l’histoire est un regard, il a longtemps été borgne. Au point de faire voir à des générations d’élèves un panthéon culturel exclusivement masculin, de peintres visionnaires, d’écrivains révolutionnaires, de compositeurs inspirés. Une mâle congrégation de génies proclamés qui, enfin, fait place en ses rangs pour accueillir les femmes. Jadis réduites au statut de muses, les voilà réhabilitées à la faveur de réécritures contemporaines de ce grand récit artistique où elles ne figuraient jusqu’alors qu’en notes de bas de page.

Quand l’histoire retourne sa veste, les oubliées prennent leur revanche. Et dans la doublure du patrimoine canonique, c’est un formidable «matrimoine» qui apparaît, en toutes disciplines. Ainsi, après

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00