La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Roman: L’époque, virgule, selon Quentin Mouron

Roman: L’époque, virgule, selon Quentin Mouron
Roman: L’époque, virgule, selon Quentin Mouron

Thierry Raboud

Publié le 14.06.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

Il sème partout des virgules, comme ça, pour amalgamer dans un même flux, dans un même lyrisme amer tout ce qui glisse sur la scène de la modernité scrollante, les fatuités ordinaires et les indignations provisoires, les désirs épuisés par la tyrannie du désirable, les émojis cœurs et flammes en ersatz relationnel, audience et solitude, vanités qu’exalte son haut style de chroniqueur pétri de causticité,

et l’on croit d’abord à un polar, titre dickerien, couverture décadente, incipit morbide, une influenceuse est retrouvée morte au bord de la piscine d’un hôtel de luxe, d’autres roitelets des réseaux gravitent autour, mais bien vite le drame ne vaut plus que par ses didascalies, devient prétexte à une peinture d’époque, la nôtre, dont les figures grotesques aux postures outrées sont saisies entre avilissement (coke, pugilats, reflux divers) et simagrées culturelles (Listz, Delacroix, Ferlinghetti), manière de légitimer la farce par un tragique parfois pédant, le tout constellé

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11