La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

«Un beau matin»: entre drame et légèreté

Pascal Greggory et Léa Seydoux dans «Un beau matin», un film signé Mia Hansen-Love. © Frenetic Films
Pascal Greggory et Léa Seydoux dans «Un beau matin», un film signé Mia Hansen-Love. © Frenetic Films

Etienne Rey

Publié le 05.10.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Un beau matin » Une jeune veuve élevant seule sa fille est tiraillée entre les moments douloureux qu’elle passe auprès de son père atteint d’une maladie dégénérative et les sentiments qu’elle éprouve pour un ami retrouvé. D’entrée de jeu, le nouveau film de Mia Hansen-Løve s’annonce comme une œuvre ambivalente, traitant de sentiments en apparence contradictoires et naviguant entre le deuil et la renaissance. C’est néanmoins justement de cette complexité dont voulait parler la réalisatrice qui s’inspire ici, avec une grande pudeur, de son propre vécu. Pour elle, le défi et la raison d’être du film étaient justement de chercher un moyen de faire cohabiter la souffrance et la joie dans un même récit et de trouver la forme cinématographique adéquate pour les faire cohabiter

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11