La Liberté

06.12.2021

Les pays exposés à la malaria ont évité le pire pendant la pandémie

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus appelle à davantage d'efforts contre la malaria dans les différents pays (archives). © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus appelle à davantage d'efforts contre la malaria dans les différents pays (archives). © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Partager cet article sur:
06.12.2021

Les pays endémiques à la malaria ont pu éviter le pire pendant la première année de coronavirus. Mais environ deux tiers des 69'000 décès supplémentaires sur un an sont liés aux perturbations pendant la pandémie, dit l'OMS dans un rapport publié lundi à Genève.

Au total, près de 630'000 personnes ont succombé l'année dernière de la malaria. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait anticipé jusqu'à un doublement des victimes en Afrique subsaharienne en raison des perturbations des soins, des diagnostics et de la prévention. Cette extension n'a atteint que 12%.

La communauté internationale "a réussi à éviter le pire", a dit à la presse le chef du programme mondial contre la malaria à l'OMS Pedro Alonso. De son côté, le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé à "accélérer" les efforts.

Malgré tout, des dizaines de pays ont relayé des perturbations partielles ou graves de leurs dispositifs l'année dernière. "Difficile d'anticiper" comment la situation va changer dans les prochains mois, a dit de son côté le chef du programme mondial contre la malaria.

L'OMS a modifié cette année son approche pour évaluer le nombre de décès d'enfants de moins de 5 ans. Ceux liés à la malaria constituent environ 8% du total, contre moins de 5% selon les précédentes estimations.

Recul sur l'incidence

De son côté, le nombre de cas a également considérablement augmenté. Avec plus de 13 millions de pathologies additionnelles par rapport à l'année précédente, il s'est rapproché de 250 millions. Autant qu'il y a une vingtaine d'années, alors que la population en Afrique subsaharienne a presque doublé. L'année dernière, cette région rassemblait environ 96% des décès, dont 80% sont des enfants de moins de 5 ans, et 95% du total des cas de malaria dans le monde.

Malgré un ralentissement depuis quelques années, l'incidence a reculé de plus d'un quart en une vingtaine d'années pour atteindre 59 pour mille habitants exposés à la menace de la malaria. De même, le taux de mortalité a diminué de moitié, à 15,3 pour 100'000 personnes, même s'il s'est étendu l'année dernière.

Grâce aux efforts, près d'1,8 milliard de cas et plus de 10,5 millions de décès ont pu être évités, davantage que les précédentes estimations. Plus de quatre cas sur cinq et la quasi-totalité des victimes qui auraient été observés l'auraient été en Afrique.

Avant même la pandémie, les objectifs de l'année dernière n'étaient pas atteints. L'incidence et le taux de mortalité étaient en retard de 40%.

De nombreux pays où la charge de la maladie est peu élevée vont en permanence vers une élimination de la pathologie. Deux ont été déclarés libérés de la malaria cette année. Mais une dizaine d'Etats rassemblent 70% des cas.

Appel sur le financement

Sans une action "immédiate" et plus rapide, les objectifs pour 2030, notamment une diminution de 90% de l'incidence de mortalité et des taux de mortalité, ne seront pas atteints, déplore encore l'OMS. L'organisation a adapté cette année son approche.

Elle avait récemment validé la généralisation du premier vaccin contre la malaria, testé dans trois pays africains, pour tous les enfants. Près de 2,5 millions de doses ont été administrées depuis deux ans et plus de 800'000 personnes ont reçu au moins une d'entre elles.

Selon M. Alonso, la vaccination dépendra du financement. La demande devrait atteindre 80 à 100 millions de personnes par an, alors que la production ne devrait pas dépasser 15 millions de doses. Jeudi, l'Alliance mondiale du vaccin (GAVI) a annoncé à Genève attribuer un premier financement de près de 156 millions de dollars.

Et de même, l'investissement plus large sur la malaria doit s'étendre, selon l'organisation. Après un recul durant les deux années précédentes, il a à nouveau augmenté l'année dernière, à plus de 3 milliards de francs. Mais loin des 6,3 milliards souhaités. D'ici 2030, il faudra près de 10 milliards de francs.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00