La Liberté

10.05.2021

Un comité multipartite pour défendre Bluefactory

Bluefactory accueille actuellement plus d’une cinquantaine de sociétés ou d’associations, et 340 personnes y travaillent. D’ici à 2025, un total de près de 800 emplois sont attendus sur le site. © Alain Wicht
Bluefactory accueille actuellement plus d’une cinquantaine de sociétés ou d’associations, et 340 personnes y travaillent. D’ici à 2025, un total de près de 800 emplois sont attendus sur le site. © Alain Wicht

NM

Partager cet article sur:

Un comité réunissant tous les principaux partis politiques a défendu lundi matin face aux médias le soutien de 25 millions de francs promis au quartier d’innovation Bluefactory, sur lequel la population fribourgeoise votera le 13 juin.

Lors de cette conférence de presse qui s’est tenue sur le site même de Bluefactory, le député centriste et entrepreneur Eric Collomb a insisté: «Il s’agit bien d’une capitalisation. Et une capitalisation, ce n’est pas une dépense. Nos adversaires essaient de faire croire aux gens que nous allons brûler 25’000 billets de 1000 francs pour un projet qui n’aboutira jamais. Mais c’est au mieux une méconnaissance totale des fondamentaux économiques, au pire un argument populiste et trompeur. Car il s’agit simplement d’une prise de capital d’une société possédant une pépite immobilière à quelques pas de la gare, à quelques pas des hautes écoles. C’est un terrain qui vaut de l’or».

La députée libérale-radicale Nadine Gobet, directrice de la Fédération patronale et économique, voit aussi dans l’essor de Bluefactory un enjeu pour l’avenir économique du canton de Fribourg. «Ce dernier figure parmi les champions de la croissance démographique en Suisse. Or, il ne suffit pas de voir augmenter sa population. Il faut aussi lui offrir la possibilité de travailler dans le canton. Or, les Fribourgeois sont avant tout des pendulaires. Une personne sur quatre quitte le canton chaque jour pour se rendre à son travail», a-t-elle souligné.

Pourtant, tous les partis ne partagent pas la même vision sur ce que Bluefactory doit devenir. Mais le conseiller national vert Gerhard Andrey ne s’en émeut pas. Egalement présent lundi matin, il a assuré: «Le fait que nous ne sommes pas toujours d’accord concernant les ambitions de Bluefactory n’est pas quelque chose que nous devons cacher. Il n’est un secret pour personne que mon parti et moi-même souhaiterions des objectifs de durabilité plus ambitieux, que l’art et la culture soient mieux représentés, qu’il y ait sur le site des logements coopératifs. Ce débat social est sain et doit se poursuivre». La population tranchera le 13 juin prochain.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00