La Liberté

10.05.2021

Des scientifiques de Fribourg découvrent un fossile de tortue unique

Un fossile de tortue chassant par aspiration a été découvert à Madagascar. © Andrey Atuchin
Un fossile de tortue chassant par aspiration a été découvert à Madagascar. © Andrey Atuchin

ATS

Partager cet article sur:

Une équipe de scientifiques, notamment de l'Université de Fribourg, a découvert à Madagascar un fossile de tortue exceptionnellement bien conservé. ll s’agit d’une espèce de tortue unique en son genre, car chassant par aspiration.

"Le fossile récemment découvert à Madagascar correspond à une tortue pélomédusoïde, dorénavant nommée Sahonachelys mailakavava, une expression malgache signifiant tortue grenouille à bouche rapide", a indiqué lundi l'Université de Fribourg. Cette découverte a été faite par des scientifiques des Universités de Fribourg et d’Antananarivo ainsi que du Denver Museum of Nature and Science.

La tortue a été trouvée dans une formation géologique connue pour avoir livré des fossiles d’oiseaux, de dinosaures et de crocodiliens très bien préservés. Cette tortue grenouille à bouche rapide possède un crâne inhabituellement plat ainsi qu’une mâchoire inférieure gracile et des os hyoïdiens élargis.

Ces caractéristiques lui conféraient non seulement une apparence de grenouille, mais suggèrent également que cette tortue était adaptée à un mode de prédation très particulier, connu sous le nom d’aspiration. Les animaux se nourrissant ainsi ouvrent leur bouche rapidement afin d’aspirer leur proie sous l’eau.

Cette stratégie diffère des autres modes de prédation subaquatiques où les prédateurs projettent leur tête vers l’avant pour atteindre et capturer leur proie. Le crâne de Sahonachelys mailakavava possède diverses caractéristiques révélant qu’elle était bien adaptée à ce mode de prédation par aspiration.

Proies entières avalées

Comme toutes les tortues modernes, cette nouvelle espèce ne possède pas de dents et présente des surfaces occlusales des mâchoires supérieures et inférieures peu développées. Ces particularités indiquent que cette tortue n’utilisait pas ses mâchoires pour mâcher la nourriture, mais plutôt pour avaler des proies entières. Les scientifiques supposent que cette tortue se nourrissait de larves d’insectes, des alevins ou des têtards.

"L’état de préservation de cette tortue est également remarquable", peut-on lire dans le communiqué. Malgré la petite taille du spécimen - 30 centimètres -, ce dernier est composé d’un squelette presque complet.

"Il s’agit de la tortue la mieux conservée de l’ensemble du crétacé supérieur des continents du sud et, en tant que telle, elle est très importante en termes de reconstitution de son mode de vie et de ses liens de parenté avec d’autres tortues", a déclaré le professeur Walter Joyce de l’Université de Fribourg, premier auteur de l’étude, cité dans le communiqué.

L’existence de squelettes complets aide les scientifiques à comprendre l’ensemble de l’animal, mais cela leur permet également de le comparer avec d’autres fossiles. Les scientifiques ont établi un arbre phylogénétique des tortues montrant que Sahonachelys mailakavava était un ancien parent des tortues podocnémididés qui peuplent aujourd’hui Madagascar et l’Amérique du Sud, mais dont la répartition géographique était jadis bien plus étendue.

La faune paléontologique de Madagascar est caractérisée par la présence d’animaux très spécialisés, ce qui s’explique notamment par le long isolement de l’île vis-à-vis des continents environnants. La tortue grenouille à bouche rapide montre que la faune de Madagascar était déjà unique au cours du crétacé supérieur.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00