La Liberté

Le guide de l'Euro: merci l'Italie, cette fois c'est parti!

Manuel Locatelli, Nicolo Barella et Domenico Berardi (de g. à dr.) célèbrent l'entrée en scène victorieuse de l'Italie. © Keystone
Manuel Locatelli, Nicolo Barella et Domenico Berardi (de g. à dr.) célèbrent l'entrée en scène victorieuse de l'Italie. © Keystone


Partager cet article sur:
12.06.2021

Chaque lendemain de match, nos spécialistes football vous concoctent un résumé des points cruciaux des matches de la veille, histoire de ne pas être perdu dans les discussions à la machine à café ou autour d’un apéro.

PB

Ce qu’il ne fallait pas louper

 

La deuxième mi-temps. Hormis la main de Celik dans la surface, la première mi-temps est à passer en accéléré si vous avez préféré la soirée entre amis au football vendredi soir. Vous découvrirez par contre pourquoi beaucoup de monde a cité l’Italie comme principal contradicteur à la France pour la victoire finale. Un contrepressing puissant, un milieu de terrain intelligent, trois attaquants complémentaires, c’était un régal pour les yeux. Et que dire de Leonardo Spinazzola qui a composé un récital sur son flanc gauche. Il aurait mérité de marquer le 2-0 tant son démarquage est astucieux et sa frappe limpide. Le duel de mercredi face à Kevin Mbabu s’annonce explosif et autant dire qu’on s’en réjouit.

 

Ce que vous avez bien fait de louper

 

Cette vilaine cérémonie d’ouverture. Alors oui, l’Euro n’est pas les Jeux olympiques, on ne doit pas s’attendre à des tambours et des farandoles d’athlètes derrière des drapeaux, mais quand même, un peu de tenue. Je sais aussi que ce championnat d’Europe s’est organisé un peu à la hâte, mais entre les 24 globes discount version Lidl alignés, Andrea Boccelli bien seul, le stade qui «s’ouvre» virtuellement pour un lâcher de ballons affreux et Bono en réalité augmentée, j’espère que vous aviez décidé de profiter des derniers rayons du soleil plutôt que d’assister à cela. Je l’ai fait pour être professionnel jusqu’au bout, j’aurais mieux fait d’accepter la corvée de la vaisselle. Et le son... Nous sommes en 2021 et le seul retour disponible sur toutes les chaînes de télévision était celui du stade, donc nous n’entendions rien. Sur place, cela devait être génial, dommage, 99% des spectateurs étaient chez eux.

 

 

Ce dont vous allez entendre parler

 

Main de Celik à la 45e minute, pénalty ou non? Non d’après Monsieur Makkiele, arbitre néerlandais de cette rencontre d’ouverture de l’Euro 2020. Jugement également négatif des officiels en charge de la VAR. Claire, limpide, la décision n’a pas plus aux commentateurs de la RAI (télévision nationale italienne) qui ont descendu l’arbitre durant toute la deuxième mi-temps. Et pourtant, la règle est claire, comme l’avait expliqué Roberto Rosetti, chef des arbitres à l’UEFA, avant la compétition. L’IFAB, garant des règles du jeu, a décidé en mars de limiter les cas où le fait de toucher le ballon du bras ou de la main est considéré comme une faute. Pour qu’il y ait penalty sur une action comme celle de Celik, il faut qu’il y ait volonté claire du défenseur ou que ce dernier augmente de manière non-naturelle son volume corporel. En gros, que les bras du joueur partent à l’inverse du bon sens. Monsieur Makkiele a suivi les règles à la lettre, reste maintenant à espérer que ses collègues suivent sa ligne.

 

 

 

Ce que vous pourrez ressortir à l’apéro

 

Quatre ans, onze mois et quatorze jours. Si vous voulez briller en société en fin d’après-midi, vous pourrez sortir une phrase du style: «qu’est-ce qui a duré 1810 jours?» Evidemment, plus la soirée sera avancée et plus les réponses seront graveleuses, vous n’y couperez pas. Mais c’est la durée entre la dernière victoire de l’Italie dans un grand tournoi international et celle de vendredi soir contre la Turquie. Absente de la dernière Coupe du monde, il faut remonter au huitième de finale gagné face à l’Espagne à l’Euro 2016 (2-0, buts de Chiellini et Pellè) pour trouver le dernier succès de la Squadra Azzurra.

Autre statistique à sortir pour épater vos amis: 28, comme le nombre de matches sans défaite de suite de l’Italie et 7, comme la série de victoires consécutives des hommes de Roberto Mancini. Pour vous la jouer encore un peu plus, vous pourrez ajouter que si l’Italie va en demi-finale en gagnant tous ses matches (désolé Vladimir Petkovic) elle battra le record de succès d’affilée des Italiens (11), obtenu entre novembre 2018 et septembre 2020.


Euro 2020

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00